La dynamique du Changement

La dynamique du changement

Vous êtes-vous déjà dit qu’il était nécessaire d’introduire des changements dans votre vie, qu’ils soient professionnels, personnels, ou bien relatifs à votre hygiène de vie, santé, activité sportive…? Avez-vous la sensation d’être motivé, de détenir des clés favorisant ces changements, mais que, pour autant, rien ne change ou si peu ?

Pas de panique, peut-être vous situez-vous à l’un des (nombreux) stades du changement !

Le « transtheoretical model of change », que l’on peut traduire en français par « modèle transthéorique du changement » est un modèle bio-psycho-social intégré qui conceptualise le processus du changement intentionnel.

Ce modèle, qui peut sembler au premier abord quelque peu opaque, a été développé par Prochaska et DiClemente à la fin des années 70 au sujet des situations de dépendances (tabac, alcool, drogues).

Il est toutefois applicable à de nombreuses situations, que les personnes souhaitent opérer un changement par elles-mêmes, ou avec l’aide d’un tiers (thérapeute, psychologue, coach,…). Quelque soit le cas, il semble que nous passions par un processus et des étapes similaires.

 

La dynamique du Changement


Pré-contemplation

Il s’agit du point d’entrée dans le processus. A ce stade, le sujet sait qu’il y a un « problème » mais n’a pas encore pris conscience de la nécessité d’introduire un changement.

Contemplation

La personne, dans un même temps, envisage et rejette le changement, considérant à la fois les raisons d’un changement et celles de continuer de la même façon.

Prenons l’exemple d’un avocat qui envisage de changer de cabinet. Il a conscience qu’un changement est nécessaire, sa situation professionnelle ne lui convenant plus pour diverses raisons (par exemple, l’absence de perspective d’évolution au sein du cabinet, de mauvaises relations avec son associé, une rétrocession d’honoraires insatisfaisante,…).
Toutefois, certains points positifs le poussent à rester dans ledit cabinet (comme de bonnes relations avec les autres collaborateurs, la possibilité de développer sa clientèle personnelle, une certaine liberté d’organisation,…)

Détermination

La personne se sent prête à entamer l’étape d’action dans un future proche. Si, pendant ce temps, elle entre dans une phase d’action, alors le processus continu. Mais si l’action n’est pas enclenchée, alors la personne retourne à l’étape de contemplation.

Action

Dans cette phase, la personne introduit des actions qui amènent le changement, afin de résoudre le problème identifié.

Dans notre exemple, l’avocat concerné peut passer à l’action de différentes façons : en mettant à jour son CV, en contactant des chasseurs de têtes, en répondant à des offres en ligne,…

Maintien

Il s’agit d’une phase de consolidation : la personne maintient le changement effectué à l’étape précédente, afin d’éviter une « rechute ».

Dans le cas de l’avocat qui souhaite changer de cabinet, la recherche d’une nouvelle collaboration peut prendre du temps, et le « maintien » du changement suppose de continuer les actions entreprises en postulant, en allant à des entretiens, en faisant jouer son réseau,…

Rechute

La rechute est possible et n’est pas considérée comme un échec. Cela fait partie du processus de changement, et peut même s’avérer nécessaire pour rebondir.
En cas de rechute, plutôt que de rester dans cette phase, la personne a toute intérêt à recommencer le processus.

Notre avocat peut se sentir découragé, décider finalement de rester dans le cabinet et arrêter ses recherches. Peut-être reprendra-t-il le processus dans quelques mois.

Sortie permanente

Réussite du changement, le processus prend fin. Le changement n’est alors plus considéré comme tel en raison de son intégration dans la vie de la personne.

Ca y est, notre avocat a obtenu une offre qui répond à ses critères et signe un nouveau contrat de collaboration !

EN CONCLUSION

Comme l’illustre le schéma, ce processus n’est pas linéaire mais cyclique, de sorte que l’on peut osciller entre les étapes, rester pendant un temps plus ou moins long dans les diverses phases, rechuter, ou même être « bloqué » un certain temps dans les premières phases.

Ainsi, prendre conscience que le changement est un processus et identifier l’étape dans laquelle on se trouver aide à la réussite et à la consolidation de ce changement.